Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Al Machail : Pour quelles raisons n’êtes-vous pas resté jusqu’à la fin des travaux du 9ième congrès, sachant que vous étiez présent le vendredi après-midi ? 
DL : Concernant l’aspect procédural des membres présents ou absents lors de ce 9ième Conseil National (CN), je vous informe simplement que le vendredi 11 janvier, je me suis réveillé avec un vilain rhume qui explique mon arrivée tardive ce jour-là. Sinon j’ai été présent pendant les deux jours du CN. j’ai même participé à toutes les réunions du bureau politique parallèles au CN et ce de jour ou de nuit. De ce fait je vous confirme que j’ai participé pleinement aux travaux du 9ième CN. 

Al Machail : Vous avez déclaré dans le rapport du Bureau Politique (BP) : « Nous avons été informé des grandes lignes de la structure du gouvernement proposé par le Premier Ministre désigné sans que cela ne fasse l’objet de discussions ni d’approbation au sein du BP ». de son côté Mohamed Yazghi dans son intervention a démontré le contraire, qui devons-nous croire ? le BP ou les dires de l’ex premier secrétaire ? 
DL : Le point de discorde concerne la définition que nous donnons aux choses. En effet, lors de la première réunion, à la demande du premier secrétaire, et suite à la rencontre de ce dernier avec le Premier Ministre, nous avons abordé la problématique de la structure du gouvernement et il nous a été dit que Abbas Elfassi a présenté à notre camarade El Yazghi une structure toute faite et non négociable car validée en haut lieux. Personnellement, je ne mets en doute la parole de personne, je pense qu’il y a eu un problème d’interprétation de part et d’autre. 

Al Machail : En fait, si je vous pose la question c’est parce que le premier secrétaire démissionnaire a déclaré que Fathallah Oualalou et Abdelwahed Radi ont pris part aux négociations pour la formation du gouvernement et que par conséquent il ne peut pas être tenu pour seul responsable. 
DL : Ce sont les dires des uns et des autres et comme je ne suis pas partie prenante et que personne n’a prétendu une chose pareil alors je ne me sens pas concerné par ce débat. 

Al Machail : Nous avons noté que la plupart des interventions demandaient la démission du BP, cela signifie-t-il que vous êtes dans une impasse ? 
DL : C’est tout le contraire, les usfpistes ont fait preuve d’un grand sens des responsabilités, alors que vous autres journalistes, vous vous êtes attardés sur des cas isolés (2 ou 3 sur environ 180 interventions) et avez ignoré la voix de la majorité. Et pour clarifier les choses ,laissez moi vous dire que si la solution était la démission du BP, je serais le premier à œuvrer dans ce sens. Seulement voilà ,la majorité des membres du CN est consciente que démettre le BP ne fera que nous embourber dans la crise. Désolé que cela vous déplaise mais nous avons tenu un CN ordinaire ce qui prouve que l’USFP est sorti de sa crise.
 
Al Machail : Est ce que la sortie de l’USFP du gouvernement Abbas Elfassi est toujours dans l’agenda du CN ? 
DL : rester ou sortir du gouvernement n’est pas une décision aisée comme vous vous l’imaginez. 

Al Machail : Permettez-moi de vous interrompre mais certaines voix au sein du CN réclament le retour à l’opposition. 
DL : Il n’a jamais été question d’étudier notre participation au gouvernement ou un éventuel retrait. Ceci est sûrement dans les « agendas » individuels de certains membres du CN. Si ces derniers sont capables de convaincre la majorité de nos camarades alors, nous exécuterons sans sourciller les décisions du CN. 

Al Machail : Comment voyez-vous les préparatifs du 8ième congrès national du parti ? 
DL : c’est le CN qui se réunit le 26 janvier qui tranchera cette question. Pour le moment nous avons décidé que nous voulons une approche différente car nous voulons un Congrès de qualité qui puisse permettre au usfpistes de clarifier leurs choix politiques, économiques et sociaux pour le pays. Il faut arrêter de voir en nos congrès des étapes organisationnelles pure et dures 

Al Machail : Vu toutes ces ambitions quels sont, selon vous les moyens de réussir le prochain congrès ? 
DL : Le moyen de réussir notre prochain congrès est dans la transparence, la démocratie et la participation de tous. Permettez-moi de vous dire, honnêtement, que ce qui est significatif pour les Marocains n’est pas la tenue de notre congrès en soi mais plutôt de quels projets les usfpistes seront-ils porteurs. En effet, pour moi le prochain congrès doit : 1. D’abord, produire des idées nouvelles pour répondre au contexte politique de plus en plus complexe de notre pays 2. Ensuite, sur le plan organisationnel, imaginer des mécanismes qui facilitent le contact avec les citoyens quelque soit leur background. 3. Enfin, choisir les personnes capables de défendre ces choix et d’en convaincre les citoyens et les différents acteurs politiques. En résumé, ce congrès se doit de produire des idées, des mécanismes organisationnels et de choisir le bon leadership. 

Al Machail : Le BP a refusé que le bureau national de la jeunesse participe au CN, alors que les membres du CN ont accepté à l’unanimité leur intégration au CN. Est ce que le BP ne respecte pas les décisions du CN ? 
DL : Le BP est une instance responsable. Et lors du 7ième congrès (2005) plusieurs camarades ayant des CV politiques impressionnants n’ont pas été élus à une ou deux voix près. Nous sommes responsables vis a vis de ces camarades ; de ce fait nous sommes très procéduriers pour ce qui est de l’intégration de nouveaux membres (non élus au 7ième congrès) au CN. Les camarades du BN de la jeunesse n’ont jamais été membres du CN alors pourquoi ont-ils tenu à y participer cette fois-ci ? Donc nous ne pouvions que refuser leur requête et en même temps s’exécuter quand le CN prend une décision puisque c’est la plus haute instance décisionnelle du parti après le congrès national. Nous avons respecté les procédures du parti, seul le CN est aujourd’hui comptable de cette décision. 

Al Machail : Dans leurs interventions, certains membres du CN ont insinué que vous êtes un des principaux responsables de la situation du parti, que répondez-vous ? 
DL : La liberté d’expression dont nous jouissons au sein de l’USFP fait qu’il y a des voix qui pensent cela et d’autres qui pensent le contraire. L’important reste ce sur quoi nous sommes tous unanimes.
Tag(s) : #Archives

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :