Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 18:43

16292011103741AM1http://www.alittihad.press.ma/def.asp?codelangue=29&id_info=131179&date_ar=2011-6-29 18:40:00

أمام حشد كبير من المواطنات والمواطنين بأحد أولاد افرج والذين فاق عددهم سبعة آلاف ، ألقى إدريس لشكر عضو المكتب السياسي كلمة اعتبر فيها كون الدستور الجديد هو عبارة عن مجموعة من القواعد القانونية التي ساهم في وضعها الشعب المغربي و التي ستكون ملزمة لجلالة الملك والحكومة و البرلمان و لكل مواطن ومواطنة ، أن المسؤولية تعني المحاسبة ، غدا لا يمكن لأي مسؤول كيف ماكان موقع المسؤولية التي يتحملها أن يكون في منأى عن المحاسبة ، فجلالة الملك محمد السادس يقول لشكر يريد أن يحملنا جميعا المسؤولية اتجاه تلك القواعد ، فالحكومة يجب أن تكون مسؤولة أمام البرلمان و فيما يتعلق بهذا الأخير فقد أصبحت لديه كل الصلاحيات، لأن كل التشريع والقانون سيصدر عن طريق البرلمان، و لذلك فإذا ذهبتم يوم الجمعة قصد التصويت، فإنكم في هذا الدستور سيصبح لديكم تفويض واضح، بحيث ستصبح لديكم أمانة، لأن الصوت الذي يعطيه لكم هذا الدستور أمانة في أعناقكم جميعا، لأن الوزير الأول, أي رئيس الحكومة والذي غدا سيتكلف بعد الانتخابات سيتم تعيينه من الحزب الذي احتل المرتبة الأولى في الانتخابات، وهذا معناه أن كل مواطن حين يدخل المخدع فهو الذي سيختار رئيس الحكومة ، لذلك سيصبح كل واحد منا يفكر أكثر من مرة قبل أن يصوت على هذا الرمز أو ذاك، سيصبح كل واحد منا يفكر في الحزب و البرنامج و أي العناصر التي تصلح ، عناصر ستدافع عنا غدا ، لان الملك سيكلف ذلك الذي اختاره الشعب ، و الذي صوت له الشعب عبر صناديق الاقتراع ، لذلك يؤكد لشكر فهذه الأمانة التي كانت على عاتق ملك البلاد ، لأنه كان يقرر اختيار هذا الشخص أو ذاك ، هذه الأمانة يرفعها عن عاتقه و يحملها لكل مواطن و كل مواطنة ، بمقتضى الدستور الذي ستصوتون عليه ، و الأكثر من هذا فالوزراء كان لهم الامتياز بحيث لا يخضعون للمحاكمة في المحاكم العادية و كانوا يحاكمون في المحكمة العليا غم ارتكابهم لجرائم أو مخالفات ... الدستور الجديد ألغى هذه المحكمة و اعتبر الوزراء مثلهم مثل باقي المواطنين سواسية أمام القانون، ويجب أن يخضعون إليه. لقد جاء هذا الدستور يوضح الأخ إدريس ليقول كفى ، وقرر أن تكون الحصانة البرلمانية في السياسة فقط ، بحيث إذا كان البرلماني يعبر عن رأيه تحميه الحصانة البرلمانية ، و ما عدا ذلك لا يمكنه أن تحميه الحصانة البرلمانية. لأن كافة المواطنات و المواطنين سواسية ، لقد جاء الدستور انطلاقا من الواقع المغربي و اعترف بالهوية المتعددة للمغاربة الأحرار لذلك يضيف مخاطبا الحضور أدعوكم جميعا للتصويت بنعم يوم الجمعة ، ونجعل من فاتح يوليوز من كل سنة عيدا وطنيا لنحتفل بالملكية البرلمانية .
الكفاح الذي قاده الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية في الستينات والسبعينات والثمانينات جعلت الحسن الثاني يستجيب لمطالب الاتحاد و كان دستور 1992 و 1996 الذي صوت عليهما الاتحاد بنعم ، وحين أتى محمد السادس نصره الله و أعلن في خطاب 9 مارس عن البشرى الكبرى ، هو أنه يجب أن نبني جميعا البلاد على الديمقراطية ، واختار في ذلك نهجا و فتح حوارا وطنيا واسعا مع كافة الأحزاب و النقابات و المجتمع المدني ، واختار لذلك لجنتين ، الأولى لجنة المتابعة السياسية و الثانية اللجنة الاستشارية ، هذه الأخيرة توصلت بأكثر من 185 مذكرة ، كل حزب تقدم بمذكرة ... أكثر من هذا توصلت من عند المواطنات و المواطنين بواسطة الشبكة العنكبوتية مجموعة من مشاريع دساتير و نوقشت بين أعضائها نقاشا طويلا ، وهو الذي تضمن المسودة الأولى التي عرضت على لجنة المتابعة و التي بدورها فتحت فيها نقاشا على صعيد كافة الأحزاب و النقابات التي قررت أن تصوت يوم الجمعة فاتح يوليوز للدستور ، و أن يصوت الجميع بالورقة البيضاء «نعم» للدستور .
هذا ، وقد حضر التجمع الجماهيري المنظم بالملعب الجماعي مساء يوم الاثنين الماضي, بالإضافة إلى الوفد الذي يرأسه إدريس لشكر برلماني المنطقة محمد الزهراوي وممثلي المكاتب الحزبية المحلية و الإقليمية و الجهوية لجهة دكالة عبدة .

6/29/2011

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 11:39

http://www.libe.ma/L-USFP-poursuit-sa-campagne-referendaire-La-FDT-se-prononce-pour-le-oui_a20077.html

 

Le projet de nouvelle Constitution qui sera soumis à référendum le 1er juillet prochain «apporte plus «que ce que revendiquent les partis politiques», a souligné mercredi à Zemamra, Driss Lachgar, membre du Bureau politique du parti de l'Union socialiste des forces populaires.
M. Lachgar, qui animait un meeting du parti, a précisé que ce projet apporte des réformes globales et répond à des revendications principales pour lesquelles le parti a toujours milité. Ce projet, a-t-il insisté, qui placera le Maroc parmi les pays de tradition démocratique, est une nouvelle révolution du Roi et du peuple et mérite qu'on ''vote le 1er juillet « oui » pour cette nouvelle Constitution''. Dans ce sens, il a souligné que l'USFP votera massivement en faveur de la nouvelle Loi fondamentale, eu égard à l'importance de son contenu.
M. Lachgar, qui était accompagné de Jamal Rhmani, Rachida Benmassoud et Hanane Ryhab, a indiqué que d'autres meetings seront organisés dans d'autres villes pour expliquer aux citoyens les principales dispositions du projet du nouveau texte constitutionnel, et les inciter à voter massivement « oui » pour la nouvelle Constitution. Ce meeting auquel ont participé des parlementaires de Safi, Sidi Bennour, El Jadida, Sidi Smail, Oulad Frej, Chaibaate, a été également une occasion pour le secrétariat national du secteur féminin et du Secrétariat provincial de la Jeunesse ittihadie de Sidi Bennour, de mettre en exergue les principales dispositions positives contenues dans le projet de nouvelle Constitution qui vont permettre, ont-ils souligné, au pays de franchir une nouvelle étape dans le processus démocratique et la mise en place d'un Etat de droit. Ils ont également appelé à voter massivement «oui» pour ce projet. 


Vendredi 24 Juin 2011
L B
Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 18:43

http://www.alarabiya.net/programs/2011/06/19/153861.html

 

Intervention de Driss Lachgar sur Alarabiya (émission Panorama).

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 10:57

http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=151389

 

Le processus de la réforme constitutionnelle engagé au Maroc suite au discours royal du 9 mars ainsi que les étapes franchies par le Royaume en matière de consécration de la démocratie ont été présentés à Barcelone, aux acteurs de la société civile catalane par une délégation de représentants de plusieurs partis politiques marocains.

 

Il s'agit de Mohamed Nabil Benabedallah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), de Driss Lachgar, membre du bureau politique de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), Mohamed Aujjar, membre du bureau exécutif du Rassemblement national des indépendants (RNI), Abdelillah Bouzidi, membre du comité exécutif du Parti de l'Istiqlal (PI) et de Lahcen Daoudi, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du développement (PJD).

Lors d'une table ronde tenue, au siège de l'Institut européen de la Méditerranée (IEMed) sous le thème «Dialogue pour une réforme constitutionnelle au Maroc», les membres de la délégation ont, également, souligné l'importance de la réforme constitutionnelle contenue dans le discours historique de S.M. le Roi Mohammed VI, ajoutant que le discours royal a confirmé encore une fois que le Maroc constitue une exception dans le monde arabo-musulman en matière de réformes démocratiques.

Au cours de cette table-ronde, organisée à l'initiative du Conseil de la Communauté marocaine à l'étranger (CCME), de la Fédération des entités culturelles catalanes d'origine marocaine (FECCOM), du Centre Achourouk pour la Démocratie, l'information et les droits de l'homme, et de la Fédération Entre Orillas, Benabedallah a indiqué que le discours royal a tracé les contours d'un Maroc moderne et enclenché une nouvelle dynamique pour aller de l'avant sur la voie de la consécration de la démocratie et des droits de l'Homme.

Le secrétaire général du PPS a de même fait remarquer que le Maroc dispose d'une accumulation démocratique, ce qui a lui permis d'être épargné par les révoltes qui ont secoué plusieurs pays de la région, mettant en avant la particularité du Royaume dans le monde arabo-musulman grâce aux réformes tous azimuts lancées depuis plusieurs années.

Contrairement aux autres pays de la région ou les manifestations ont été violemment réprimées, le Maroc a répondu positivement aux revendications des jeunes, a dit Benabdellah, soulignant que le discours royal du 9 mars a ouvert la voie à une nouvelle génération de réformes.

Le Maroc est engagé dans une transition démocratique profonde et sereine, a insisté le secrétaire général du PPS, avant de présenter les grandes lignes du mémorandum soumis par son parti à la Commission consultative pour la réforme de la Constitution concernant notamment les prérogatives de l'institution monarchique, du gouvernement et du Parlement ainsi que la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la justice.

Pour sa part, Lachgar a souligné que l'expérience démocratique du Maroc est un cas à part dans le monde arabe, ajoutant que la transition démocratique dans le Royaume constitue un modèle dans la rive sud de la Méditerranée.

Le responsable socialiste a estimé qu'en dépit de la menace du terrorisme, le Maroc s'est attelé lors des dernières années à réunir toutes les conditions nécessaires pour renforcer son édifice démocratique, faisant remarquer que le discours royal du 9 mars a marqué une nouvelle phase dans la transition démocratique du pays.

Après avoir rappelé les fondements de la réforme constitutionnelle, Lachgar a affirmé que le Mouvement du 20 février est l'aboutissement d'un long combat mené par les partis politiques et les forces vives de la nation, ajoutant que les prochains mois seront déterminants pour le processus de réforme de la Constitution.

Abondant dans le même sens, Aujjar a donné un aperçu historique sur les différents textes constitutionnels approuvés par le Maroc depuis son indépendance, soulignant que le discours royal a offert une opportunité historique pour doter le Maroc d'une constitution démocratique susceptible de répondre aux attentes du peuple marocain.

Le projet de la réforme constitutionnelle fait l'objet d'un débat public riche, franc et serein avec la participation de tous les acteurs politiques, la société civile et les jeunes, a relevé le militant du RNI, invitant l'Espagne et la Catalogne a accompagner la dynamique que connait le Maroc.

La nouvelle constitution permettra au Maroc de s'engager sur le chemin de l'espoir et de la normalité démocratique, a dit Aujjar, soulignant que toutes les composantes du peuple marocain sont animées d'une volonté irréversible de réussir les réformes démocratiques.

Quant Bouzidi, il a mis l'accent sur la lutte menée au lendemain de l'indépendance par les forces vives de la nation pour l'instauration d'une véritable démocratie, soulignant que le Maroc n'a pas attendu le déclenchement du printemps arabe pour engager des réformes démocratiques.

Le Maroc s'est lancé depuis plusieurs années dans une dynamique de réformes tous azimuts, a Bouzidi, notant que le discours historique de S.M. le Roi qui s'est basé sur sept fondements visant notamment la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la justice, a répondu positivement aux attentes de la jeunesse marocaine.

Le Maroc a fait de la démocratie un choix irréversible, a-t-il dit, ajoutant que les partis politiques, les syndicats et les organisations de la société civile ont présenté leur conception en toute liberté sur le projet de la réforme constitutionnelle.

Pour sa part, Daoudi a indiqué que le Maroc a répondu positivement aux revendications des jeunes en engagent entre autres la réforme de la constitution, soulignant que le Royaume doit rester un modèle en matière de réformes politiques dans la région arabe.

Le pays est appelé à aller de l'avant pour se doter de standards démocratiques internationaux, a insisté le président du groupe parlementaire du PJD, soulignant la nécessite d'une révision profonde des lois électorales pour garantir un bon déroulement des prochaines échéances électorales.

La table ronde a connu par ailleurs l'intervention, en tant que modérateur, de Senén Florensa, président de l'IEMed et de Mohamed Chaib, président de la Commission de citoyenneté et de la participation politique au sein du CCME.

Florensa a notamment salué la tenue de cette table ronde pour informer les responsables politiques et les acteurs de la société civile catalans sur le débat en cours au Maroc à propos de la réforme constitutionnelle, estimant que cette initiative est de nature à consolider les liens d'amitié et de bon voisinage entre la Catalogne et le Maroc. Il a estimé que le Maroc dispose de tous les atouts pour réussir sa transition démocratique et se doter d'une constitution moderne, répondant aux attentes du peuple marocain.

Le Royaume se distingue par rapport aux autres pays de la région par son pluralisme, son niveau considérable de liberté d'expression et ses institutions souples et stables, a dit Senén, affirmant que S.M. le Roi est allé au delà des revendications des partis politique au sujet de la réforme de la constitution.

Quant à Chaib, il a indiqué que la réforme constitutionnelle, annoncée par le Souverain, est l'aboutissement d'une série de réformes engagées depuis une décennie dans plusieurs domaines, ajoutant que le discours royal a suscité un espoir énorme au sein de la communauté marocaine établie en Catalogne.

Repost 0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 10:00

http://www.map.ma/fr/sections/politique/des_partis_politique/view

 

Paris, 26/04/11- Cinq partis politiques parmi les plus représentatifs du parlement ont présenté, lundi soir à Paris, devant les membres de la communauté marocaine établie en France, leurs propositions respectives pour la révision de la Constitution, annoncée dans le discours royal du 9 mars.

 

L'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), le Parti de l'Istiqlal (PI), le Parti de la Justice et du Développement (PJD), le Mouvement populaire (MP) et le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) ont dépêché leurs représentants à la capitale française pour vulgariser, le temps d'une conférence-débat, les grandes de lignes de leurs suggestions soumises à la Commission chargée de l'élaboration du texte de la nouvelle constitution.

 

Devant un auditoire composé principalement de jeunes dont plusieurs acteurs associatifs, les responsables de ces formations ont expliqué l'enjeu de cette réforme qui vient consacrer le processus démocratique au Maroc, à travers ses différents axes.

 

Ces axes visent, rappellent-ils, notamment l'élargissement des pouvoirs du premier ministre, le renforcement du rôle de l'opposition dans le parlement, la consécration du principe de la reddition des comptes, la séparation des pouvoirs, l'indépendance de la justice, la diversité culturelle, le renforcement des droits de l'homme et des libertés publiques, outre le transfert des compétences vers les régions.

 

Lors de cette rencontre, initiée sous le thème "Les réformes politiques au Maroc: Le pari d'un Maroc meilleur", les responsables politiques ont assuré l'assistance que les propositions de leurs formations ont été formulées en tenant compte des revendications des différentes composantes de la société marocaine, y compris celles du mouvement du 20 février, convié à cette rencontre et dont la mobilisation, estiment-ils, a révélé une prise de conscience de la jeunesse pour l'intérêt général.

 

Pour M. Driss Lachgar, membre du bureau politique de l'USFP, le discours royal a créé une dynamique dans la société marocaine qui devrait permettre au processus démocratique au Maroc d'arriver à maturité.

Il a souligné à cet égard l'importance d'une forte mobilisation de l'ensemble des acteurs, partis politiques, syndicats, société civile, et en particulier les jeunes, pour la consolidation de cet édifice.

 

Mme Latifa Smires Bennani, présidente du groupe parlementaire de l'Istiqlal, s'est félicitée de la prise de conscience des jeunes pour l'intérêt général, comme en témoigne leur mobilisation, dans le cadre du mouvement du 20 février, en les encourageant à s'intéresser davantage à l'action politique pour accompagner la transition démocratique du pays et consolider ses acquis.

 

M. Essaid Ameskane, membre du bureau politique du MP, a souligné que le Maroc "ne part pas de zéro" dans l'édification de l'état de droit, "mais d'un cumul d'expériences", mettant l'accent sur l'importance d'associer les différents courants politiques et composantes de la société civile dans ce processus.

Il a relevé la nécessité de poser des "garde-fous pour évoluer dans la stabilité, loin de tout aventurisme à même de détruire les acquis", notant à cet égard que le discours royal du 9 mars répond à ces attentes.

 

M. Mustapha Ramid, membre du secrétariat général du PJD, a souligné le caractère "courageux et audacieux" du discours de SM le Roi Mohammed VI, qui trace les fondements de réformes "profondes" de nature à accélérer le rythme de la transition démocratique au Maroc.

Il s'est dit "optimiste" quant à l'avenir de ces réformes, tout en restant "prudent" car le succès de celles-ci, dit-il, dépend de la capacité des partis politiques et des autres composantes de la société à préserver les acquis démocratiques en exerçant leur rôle de contrôle.

 

De son côté, M. Abdelouahed Souhail, membre du comité politique du PPS, a souligné que la mobilisation de l'ensemble des acteurs est nécessaire pour bâtir "un Maroc démocratique, selon les normes universelles".

 

La rencontre, animée par M. Omar El Mourabet, membre du Conseil de la Communauté Marocaine à l'Etranger et président de l'association organisatrice "Maroc développement", a été ponctuée par des échanges avec l'assistance sur les différents aspects du projet de la réforme, les enjeux de sa mise en oeuvre, ainsi que sur la contribution des membres de la communauté marocaine à l'étranger à l'édification du Maroc de demain.

Repost 0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 14:39

http://www.map.ma/fr/sections/politique/des_acteurs_politiqu1404/view

 

Rabat, 21/04/11- Des acteurs politiques et associatifs ont souligné, mercredi à Rabat, la nécessité de constitutionnaliser le rôle assumé par la société civile, à l'instar des partis politiques, afin de permettre aux acteurs civils de contribuer à la dynamique que connait le Maroc.

 

Lors d'une rencontre organisée par l'Association "Achouâla pour l'éducation et la culture", l'accent a été mis sur la nécessité d'accompagner la nouvelle dynamique sociale, par la constitutionnalisation de la démocratie participative comme étant un outil d'équilibre, d'organisation et de bonne gouvernance basée sur la politique de proximité.

 

Lors de cette rencontre, organisée autour du thème: "Le rôle de la société civile dans les réformes politiques et constitutionnelles", M. Driss Lachgar, membre du bureau politique de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), a noté que la société civile, qui a toujours aspiré à la mise en place de critères clairs consacrant la démocratie interne, vise aujourd'hui la constitutionnalisation de son rôle, ce qui lui conférerait une place parmi les "pouvoirs" qui représentent l'opinion publique.

 

Pour Mme Fatima Farhat, membre du bureau politique du Parti du progrès et du socialisme, il s'agit d'améliorer la force de proposition du tissu associatif à la lumière du chantier de réformes en cours dans le pays. Elle a appelé, dans ce sens, la société civile à faire preuve de créativité pour mettre en place des organisations fortes à même de stimuler le changement et être en parfaite harmonie avec la dynamique enclenchée par le discours de SM le Roi du 9 mars.

Pour sa part, le secrétaire général-adjoint de l'Association "Achouâla" , Said Azzouzi, affirmé que le mouvement de la société civile demeure attaché à ses revendications, à savoir la lutte pour la démocratie et la participation au débat public, à travers la mobilisation et la présentation des propositions et des alternatives. 

Repost 0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 23:15

Participation de Driss Lachguar à Marrakech

Initiée par le Centre "Achorouk" pour la démocratie, l'information et les droits de l'Homme, cette rencontre s'inscrit dans le cadre de l'élargissement des débats autour du chantier des réformes constitutionnelles en vue d'enrichir le dialogue national et de faire participer les jeunes, les acteurs de la société civile ainsi que des académiciens et ce, dans la perspective de formuler des propositions de réformes.

S'exprimant à cette occasion, le secrétaire général du Mouvement Populaire (MP), M. Mohand Laenser a déploré le fait que les jeunes ont perdu confiance vis-à-vis des partis politiques, soulignant qu'en dépit de ce constat, les jeunes accordent un grand intérêt à la chose politique, d'autant plus qu'ils ont de multiples attentes qu'ils n'ont pas tardées à exprimer, avec maturité et un grand sens de responsabilité, lors des marches pacifiques organisées récemment au Maroc.

Et de poursuivre que les revendications de cette catégorie sociale ont été bien accueillies comme en témoigne la décision prise par SM le Roi Mohammed VI de faire bénéficier des détenus politiques de sa Grâce Royale, ou encore le discours historique du 9 mars dernier dans lequel le Souverain a annoncé une série de réformes constitutionnelles profondes.

M. Laenser a, en outre, plaidé en faveur de l'établissement de passerelles entre les jeunes et les partis politiques dans le but de réduire le fossé qui ne cesse de se creuser entre les deux, soulignant la nécessité de promouvoir les principes de démocratie au sein des partis politiques.

M. Driss Lachgar, membre du bureau politique de l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) a fait observer, quant à lui, que le Maroc se distingue par sa diversité, ce qui rend indispensable d'Âœuvrer en vue de la consolidation de son identité arabe et amazighe, de consacrer l'égalité de tous les citoyens en termes de droits et de devoirs, et de renforcer le principe de la séparation des pouvoirs afin que chaque institution puisse accomplir les missions qui sont les siennes dans de meilleures conditions.

Après avoir rappelé que le discours royal du 9 mars dernier a apporté des solutions concrètes à ces imperfections, M. Lachgar a mis l'accent sur l'émergence de nouveaux pouvoirs dont, on ne cesse de parler à travers le monde, entre autres, le pouvoir des partis politiques étant donné leur relation corollaire avec la démocratie.

Et de poursuivre que la jeunesse marocaine a contribué pour sa part, à l'émergence d'un autre type de pouvoir, celui de l'opinion publique, lequel, a-t-il dit, Âœuvrera demain pour lutter contre la corruption sous ses différentes facettes notamment celle qui peut entacher l'opération électorale.

M. Mohamed Aujjar, président du Centre " Achorouk" et membre du comité exécutif du Rassemblement National des Indépendants (RNI) a estimé, quant à lui, que le succès des réformes demeure tributaire de la participation des jeunes ainsi que des différentes composantes de la société, aux dialogues édifiants et sereins en vue de mettre en place une véritable architecture constitutionnelle, à même de définir les compétences et les prérogatives de chaque institution et de contribuer à l'édification d'un Maroc démocratique.

Pour sa part, M. Abdelillah El Bouzidi, membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal a tenu à indiquer que le discours royal du 9 mars dernier reflète la volonté du Souverain de mener des réformes effectives, faisant observer que la libération des détenus politiques constitue un pas concret vers la consécration de cette volonté Royale.

Le secrétaire régional du Parti de la Justice et du Développement (PJD), M. Laarbi Belkayed s'est félicité, quant à lui, de la tenue de cette rencontre à même de servir d'occasion pour rehausser le degré de conviction chez les citoyens notamment les jeunes, lesquels, a-t-il dit, ont fait montre de civisme et d'un degré élevé de responsabilité dans l'expression de leurs attentes et aspirations.

Cette caravane a été également l'occasion pour les jeunes de différents horizons intellectuels et politiques de faire part de leurs attentes et de leurs opinions sur le projet de réformes constitutionnelles.

Dans ce cadre, ils ont été unanimes à plaider pour des élections impartiales et transparentes, et l'adoption de réformes audacieuses au sein même des partis politiques en vue de regagner la confiance des jeunes en l'action politique.
 

16/04/2011 17:42.
(MAP) Maghreb Arabe Presse

 

http://www.almaghribia.ma/Paper/Article.asp?idr=7&idrs=7&id=129364

من جانبه، أكد إدريس لشكر، الوزير المكلف بالعلاقات مع البرلمان، عضو المكتب السياسي لحزب الإتحاد الاشتراكي، أن الديمقراطية رهينة بوجود أحزاب سياسية تمثل إرادة الشعب، مضيفا أن الشباب المغربي عمل على إبراز سلطة الرأي العام، التي ستعمل مستقبلا على محاربة الفساد بكل أشكاله، خاصة الفساد الانتخابي.

Repost 0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 17:48

 لقاء بالرباط حول 'الإصلاح الدستوري والأفق الديمقراطي

المغربية

 

http://www.almaghribia.ma/Paper/Article.asp?idr=7&idrs=7&id=127868

 

"

من جهته، قال إدريس لشكر، عضو المكتب السياسي للاتحاد الاشتراكي، إن "الوقت حان للشروع في الإصلاح السياسي، والاقتصادي، وخطاب جلالة الملك ليوم 9 مارس يفتح الطريق لهذا الإصلاح"، متفقا مع ما طالب به الخليفة من إصلاح لقانون الانتخابات، ووضع خطة وطنية لمكافحة سوء تدبير المال العام. وقال إنه "من غير المقبول الآن أن يعاقب على جرائم التزوير بعقوبات مخففة"، داعيا إلى "إصلاح قانون الانتخابات، والقطع مع تداخل السلط التنفيذية والقضائية، وضرورة دخول المغاربة في فصل حقيقي وفعال بين السلطات، يخول للقضاء استقلالية تامة، وأن تضمن الإصلاحات الدستورية المنتظرة التعدد الثقافي والاجتماعي للبلاد، وأن تعمل على تجاوز الاختلالات القائمة في الدستور الحالي".

واعتبر لشكر أن "المغرب حقق مكاسب سياسية وحقوقية واقتصادية واجتماعية خلال العقد الأخير، ويتعين مواصلة الإصلاحات، بوضع خطة وطنية لمحاربة الفساد الاقتصادي والرشوة واقتصاد الريع، والفساد الانتخابي".

 

"

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:43

http://www.libe.ma/La-Commission-consultative-de-revision-de-la-Constitution-en-a-pris-connaissance-hier-Les-propositions-de-l-USFP-pour-un_a18022.html

 

http://www.alittihad.press.ma/def.asp?codelangue=29&id_info=125994

 

يتقدم الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية بمقترحاته لإصلاح الدستور وهو يستحضر كل المجهودات التي بذلتها الحركة الديمقراطية في المغرب من أجل توفر بلادنا على دستور يؤهلها بشكل لا رجعة فيه، لبناء دولة الحق والمؤسسات، ولتحقيق ديمقراطية تكفل الحقوق والحريات، وتربط بين السلطة والمسؤولية وتجعل الحاكمين محط مراقبة مباشرة للناخبين، كما يتقدم الاتحاد الاشتراكي بهذه المقترحات وهو يستحضر التحولات العميقة التي يشهدها محيطنا، وتطلعات الشباب المغربي إلى بناء مغرب جديد، ويستحضر اللحظة التاريخية التي شكلها الخطاب الملكي ليوم 9 مارس2011 وما وضعه من مرتكزات لإحداث تحول نوعي في حياتنا السياسية.
ويتقدم الاتحاد الاشتراكي بمقترحاته وهو يعتبر أن الإصلاح الدستوري لبنة أساسية في إقامة ملكية برلمانية و بناء الدولة الحديثة، وفي بناء المواطنة والحكامة الديمقراطية.
إن هدفنا من هذه المقترحات ليس الوصول إلى دستور مثالي، ولكن فتح صفحة جديدة في حياتنا السياسية تعيد المصداقية للمؤسسات، والاعتبار للعمل السياسي، وتعيد بناء جسور الثقة بين المواطنين والمؤسسات، وتؤهل بلادنا لمعالجة قضاياها الاقتصادية والاجتماعية والثقافية برؤية متقدمة تحاسب على النتائج، وتحارب الفساد والامتيازات والفوارق المجحفة.
إن الاتحاد الاشتراكي الذي قدم إلى جلالة الملك قبل سنتين (8 ماي 2009) مذكرة بأهم الإصلاحات التي يرى ضرورة إجرائها في المجال الدستوري، يستند في اقتراحاته اليوم، إلى رصيد نضالاته من أجل الديمقراطية وإلى تجربته في تدبير الشأن العام منذ حكومة التناوب والتي وقف من خلالها على الاختلالات والالتباسات المرتبطة بالممارسة السياسية وبأحكام دستور 1996. والاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية الذي يرى أن التحولات العالمية والجهوية قد ساهمت في التسريع بالتعبير عن إرادة الإصلاح الذي كان دائما مطلبا من مطالبه الأساسية، سيعمل من خلال هذه المقترحات على المساهمة في جعل بلادنا في مقدمة التجارب الديمقراطية الحديثة في الوطن العربي.
إن هدفنا الأسمى من مقاربتنا الداعية الى تقوية الحكومة والبرلمان هو إحداث التوازن الضروري بين مختلف السلط وجعل مبدأ فصل السلط مرتكزا لاشتغالها المتكامل والمتجانس القائم على التنسيق والتآزر والمسؤولية والمراقبة.
إن الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية وهو يقدم هذه المقترحات يؤكد اقتناعه الراسخ، بأن الإصلاح الدستوري لن يكون فعالا وذا أثر مباشر على حياتنا السياسية إلا إذا ارتبط في نفس الآن بإصلاحات سياسية عميقة، تهم مدونة الانتخابات، والقوانين الانتخابية وقانون الأحزاب، كما تهم محاربة الفساد الانتخابي وتؤكد على إرادة سياسية واضحة: لاحترام استقلالية الحقل الحزبي، ولحماية الانتخابات والمؤسسات المنتخبة من العبث واستعمال المال، ومتابعة المفسدين.
اننا نتقدم في هذه المذكرة بالتوجهات و المبادئ والقواعد التي نرى ضرورة اعتبارها مرتكزا للإصلاح الدستوري آخدين بعين الاعتبار أنها ليست حصرية ولا نهائية وأن مرحلة الحوار التي ستعرفها بلادنا حول الإصلاح ستكون فرصة لمزيد من التدقيق والتطوير، وآخذين بعين الاعتبار كذلك مكتسبات التجربة الدستورية ببلادنا.

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 18:02

nadwaagadir2011.jpg

 

http://www.map.ma/fr/sections/regionales/reforme_de_la_consti

 

Agadir, 24/03/11- Le projet de révision de la constitution a constitué la toile de fond d'un débat intense, mercredi à l'Université d'Agadir, entre responsables de différents partis politiques et jeunes signe, selon nombre d'intervenants, de la dynamique de changement que connaît le Maroc et de l'importance de la démarche participative pour réussir ce chantier.

 

"Le discours royal du 9 mars a amorcé une révolution réformatrice tranquille et profonde ouvrant des perspectives importantes et prometteuses", a souligné Mohamed Aujjar, président du centre Achourouk pour la démocratie, initiateur et modérateur du débat.

Devant un amphithéâtre archicomble, M. Aujjar a expliqué que l'initiative d'organiser une "Caravane sur la réforme de la constitution", qui sillonnera différentes villes, se veut une contribution aux larges consultations nécessaires sur un chantier d'une "aussi grande importance historique".

La nouvelle constitution doit être "le fruit d'un vaste débat à la hauteur du niveau de maturité politique et de conviction de la nécessité de la réforme" que connaît le Maroc aujourd'hui, a noté M. M'hamed Lkhalifa du parti de l'Istiqlal.

Pour lui, le discours royal constitue "un grand moment " dans l'histoire politique du Maroc, invitant les jeunes à rester mobiliser, non seulement à travers des marches, mais surtout par une implication effective dans la vie politique et le vote lors des différentes élections électorales.

"Il est important d'arriver à refléter dans la nouvelle constitution comment chaque citoyen marocain peut participe réellement à la gestion de la chose publique", a indiqué pour sa part Driss Lachgar du bureau politique de l'Union socialiste des Forces populaires (USPF).

M. Lachgar a tenu, par ailleurs, à rappeler que les différentes réformes constitutionnelles qu'a connues le Maroc ont été l'aboutissement d'une dynamique politique intense qui, comme aujourd'hui encore une fois démontre que le Maroc "n'agit pas dans le vide ou le néant ".

Le président du Conseil national du parti de la justice et du développement (PJD), Saad Eddine Othmani, a tenu à rendre hommage aux jeunes pour avoir permis, selon lui, au Maroc de vivre une "nouvelle ère".

Aujourd'hui, tous les sujets intéressant le pays sont soumis à un débat public et franc, à fortiori la révision de la constitution, selon M. Othmani.

Après avoir souligné l'importance des multiples réformes annoncées par le Souverain dans le discours du 9 mars, il a relevé en particulier le renforcement des pouvoirs du Premier ministre et du gouvernement et émis l'espoir que la langue Amazighe devienne une langue officielle.

Lors des débats qui ont suivi des interventions également de représentants du Rassemblement des indépendants et du Mouvement populaire, les réformes constitutionnelles annoncées par le Souverain ont été largement saluée comme un pas important vers la consolidation d'une démocratie effective.

"SM le Roi a répondu aux attentes majeures du peuple marocain, et aux jeunes en particulier ", estime Zahra H., étudiante à l'Ecole nationale de Commerce et de gestion.

"Nous voulons avoir notre mot à dire sur la constitution qui doit régir le Maroc de demain", souligne pour sa part Hatim Raji, licencié en droit de 24 ans qui ne cache pas sa satisfaction de "voir enfin" des hommes politiques se déplacer en milieu universitaire pour discuter avec les jeunes.

Sur un ton franc et souvent critique, l'assistance composée de jeunes étudiants, cadres, universitaires et militants associatifs, a en effet épinglé la gestion du gouvernement, le rendement du parlement et l'action des partis politiques.

Pour beaucoup de jeunes qui se disent plein d'espoir et prêts à s'engager dans la vie politique, il est impératif aujourd'hui de rajeunir les élites politiques, promouvoir la bonne gouvernance, et consolider l'Etat de droit.

 

http://www.hespress.com/?browser=view&EgyxpID=29499

 

من جهته عبّر ادريس لشكر عن إعجابه بما سماه الوجوه الجميلة لطالبات وطلبة أكادير، مؤكدا على" أن الدستور يجب أن يعترف بأن هويتنا هوية متعددة في إثنياتها الأمازيغية والعربية والزنجية والمشرقية وهي الأصول المرجعية للمغرب، ولا يمكن أن نقول بأن المغرب دولة عربية فقط"، مؤكدا على مركزية موضوع الحريات والحقوق  في الدستور المقبل حتى لا يتكرر ما عرفه البلد من ظلم واستبداد، واقترح بهذا الخصوص تدوين توصيات هيئة الإنصاف والمصالحة في هذا الدستور ومنها الحق في السكن، الصحة والتعليم وتجريم الاعتقال التعسفي والتنصيص على أن قرينة البراءة هي الأصل وغيرها....

لشكر دعا أيضا إلى فصل حقيقي للسلط، وإلى برلمان حقيقي له مهمة التشريع وطالب بتحديد مجال اختصاص الغرفة الثانية، وتغيير التمثيلية فيها لتكون تمثيلية جهوية، مقابل انتخاب نواب الأمة بالاقتراع المباشر في الغرفة الأولى مع ضمان  حق المعارضة بما في ذلك تقديم ملتمس الرقابة والتقدم إلى المجلس الدستوري، ومن شأن هذا –حسب لشكر- أن يفرز برلمانا قويا، والذي لا يمكن إلا أن يفرز حكومة قوية ومعارضة قوية أيضا.

و توقف لشكر أيضا عند ما تناوله الخطاب الملكي من الحكامة الجيدة وهو ما يقتضي حسب لشكر دسترة كل المجالس مع الحديث عن سمو القواعد الدستورية.

Repost 0

Présentation

  • : Driss Lachguar إدريس لشكر
  • Driss Lachguar إدريس لشكر
  • : Blog de Driss Lachguar
  • Contact

Recherche

Pages

Liens