Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 21:31
 
Les présidents des communes sur la sellette

Les dernières élections législatives n’ont pas cessé de susciter des réactions de la société civile. Après la mission d’observation chapeautée par le Conseil consultatif des droits de l’homme, c’est au tour de l’Instance nationale de protection des biens publics au Maroc, un collectif d’associations peu connu du grand public. Celle-ci a présenté, vendredi dernier, son rapport sur les conditions de déroulement du scrutin. Ce travail a été préparé par l’observatoire de l’Instance créé à cet effet en février 2007.
Le document est plein de critiques de la «neutralité passive» des administrations sur le recours massif à l’argent pendant les dernières élections. Mais cette neutralité a été limitée dans certaines villes du pays, précise toutefois le rapport. «Les présidents des communes et des arrondissements ont utilisé en leur faveur les moyens publics sous leur responsabilité dans leur campagne électorale», a précisé Tarik Mohamed Sbai, président de l’Instance qui met particulièrement en cause le cumul des mandats.
«Presque un tiers des futurs parlementaires sont des présidents de communes ou d’arrondissements», avance le responsable de l’organisation marocaine. Il propose d’interdire les doubles casquettes car cela crée une concurrence déloyale entre les candidats.
La préparation du rapport est le fruit d’un travail d’observation sur le terrain mené par 102 membres volontaires de l’Instance. Eu égard aux moyens limités, leur mission a été focalisée sur quelques régions uniquement, en l’occurrence Dakhla, Rhamna, Nador et Rabat.
Pour Rabat, une grande partie du rapport a été consacrée à l’affaire du maire de la capitale non encore tranchée par la justice.
Pour rappel, il a été reproché à ce responsable l’utilisation de deux cars de la ville dans une campagne électorale prématurée. La date de la prochaine séance a été déjà fixée par le tribunal: le 14 novembre 2007.

http://www.maroc-hebdo.press.ma

La cour des comptes a établi un rapport qui pointe du doigt Omar Bahraoui et l'accuse de malversations et de mauvaise gestion.

Au cœur de ce tumulte, Omar Bahraoui, actuel maire de Rabat élu en 2003 sous les couleurs du Mouvement Populaire et, tout autour de lui, un grand nombre d'élus locaux issus de formations politiques diverses, dont la formation islamiste du Parti pour la justice et le développement (PJD).

Le rapport d'enquête de la Cour des Comptes, présidée par Ahmed Midaoui, ancien ministre de l’Intérieur, est accablant, c'est le moins que l'on puisse dire. Et pour cause. Ledit rapport recense un nombre impressionnant de malversations, d'irrégularités, et d 'abus de biens sociaux, reflet d'une gestion désastreuse du Conseil de la Ville. Tout au long du rapport d'enquête, un pavé de 150 pages (avec les annexes), aucun point positif n'a été relevé par le trio d'enquêteurs, Fatima Bouzough, Mobaraka El Ifriki et Younès Zeroual.

Au moment où ils ont mené l'enquête de février à mars 2006, investigation portant sur les deux exercices comptables 2004 et 2005, les trois fonctionnaires n'imaginaient certainement pas la lourdeur de leur tâche. Encore moins les incroyables découvertes qu'ils feraient. Point par point, ils passent au peigne fin tout le système de gestion du Conseil de la Ville: ses biens publics et privés, son personnel, les relations qui existent entre les élus et les fonctionnaires du ministère de l'Intérieur, la manière dont est dépensé l'argent, celle aussi dont il est collecté, et les privilèges et autres passe-droits accordés aux uns et aux autres. Les enquêteurs interrogent tous les responsables de la commune, à commencer par le patron, Omar Bahraoui, jusqu'au simple agent technique, en passant par les chefs de division et de services.

D'emblée, le rapport s'en prend à la manière dont le maire gère les affaires communales de la ville. Faiblesse et inconsistance de la cellule d'audit et de contrôle, structure pourtant stratégique pour prévenir les dérapages et les excès, absence d'un plan de développement économique et social reprenant les investissements proposés par les différents arrondissements de la ville et manque flagrant de documents écrits organisant les services communaux. Un système anarchique et mal organisé que Omar Bahraoui semble perpétuer et aggraver par certaines de ses attitudes. Le rapport d'enquête estime ainsi que l'implication du président du Conseil dans la gestion effective des affaires communales de la ville est faible. Pour suivre les dossiers, Omar Bahraoui s'appuie beaucoup trop sur ses vice-présidents et ses plus proches collaborateurs, à qui il distribue délégations de pouvoir ou de signature, cédant jusqu'aux dossiers censés relever des compétences exclusives du président du Conseil de la Ville. À titre d'exemple: le transport urbain, la police administrative, les centres de santé, les affaires sociales, les espaces verts, les affaires économiques, la gestion du personnel ou encore la circulation. Autant de domaines stratégiques qui semblent très peu intéresser le maire. Ce désintérêt ne semble pas, à lui seul, expliquer le désordre criant dans lequel baigne la commune de Rabat.

Il y a aussi l'attitude peu compréhensible de Omar Bahraoui consistant à retirer à ses collaborateurs les délégations de pouvoir et de signature moins d'un mois après leur attribution. Le jugement du rapport d'enquête, à ce sujet, est sans appel: «Ces changements rapides dénotent de l'absence d'une vision globale et affectent considérablement la gestion des affaires de la commune». Manque de confiance dans ses collaborateurs? On n'en saura pas davantage.

On sait, en revanche, que le maire procède lui-même au recrutement du personnel qualifié. Omar Bahraoui veille, en effet, personnellement, à placer aux postes de responsabilité ses hommes de main parmi les anciens fonctionnaires de l'ex-commune de Youssoufia, où il était président avant de devenir maire de la ville. «Ce qui fait que les nominations ne sont pas faites sur la base de critères objectifs», note la lettre d'observation. Celle-ci fait également état d'emplois fictifs. 700 fonctionnaires payés par la commune n'y exercent ainsi aucune fonction réelle. Pour ces 700 employés fantômes, le Conseil de la Ville déboursera en guise de salaires pour la seule année 2005 quelque 30 millions de dirhams (soit 3 milliards de centimes), qui auraient pu servir notamment à assainir la situation financière de la commune.

Chaque page du rapport de la Cour Régionale des Comptes enfonce davantage Omar Bahraoui. À ses collaborateurs et aux élus locaux, le maire octroie des avantages et des privilèges en tout genre: lignes téléphoniques gratuites, voitures municipales, dotations très généreuses en carburant, locaux à usage commercial et d'habitation. À titre d'exemple, le rapport d'enquête souligne que sur 81 élus siégeant au Conseil, 14 utilisent les véhicules municipaux, sans l'accord préalable des membres du Conseil, et 30 autres alimentent leurs voitures personnelles en carburant aux frais de la ville, à travers un système de dotations mensuelles allant de 1.000 à 3.000 dirhams par mois.
Même certains fonctionnaires de la Wilaya de Rabat, dont des membres du cabinet du Wali, profitent, eux aussi, de ces dotations de carburant. Pour ne pas laisser de trace, les bénéficiaires utilisent des bons d'avoir de 100 dirhams chacun sur lesquels n'est indiqué ni le numéro du véhicule concerné ni la nature de la consommation (gasoil, essence ou mélangé). Cet abus de biens sociaux caractérisé ne s'arrête pas là. Il touche également les téléphones portables et leurs lignes correspondantes, distribués à tour de bras aux élus et aux fonctionnaires de la commune. Sans l'accord du Wali, le maire signe des contrats d'abonnement pour 74 lignes téléphoniques, dont les factures sont réglées intégralement par la Ville.

Et pourtant, la Commune de Rabat n'a toujours pas réglé les notes de téléphone correspondant à ses 206 lignes fixes et dont le montant cumulé sur plusieurs années s'élève à 20 millions de dirhams (soit 2 milliards de centimes). Une somme à laquelle s'ajoute une autre dette, encore plus vertigineuse celle-là: 92 millions de dirhams (soit 9 milliards de centimes), réclamés par la Redal, le distributeur d'eau et d'électricité de la capitale, dont Omar Bahraoui assure pourtant, conformément à la loi, la présidence du conseil d'administration.

Comment est-ce possible que le Conseil de la Ville de Rabat, qui dispose pourtant de moyens financiers considérables, n'honore pas ses dettes, même les plus élémentaires? Une question que se sont posée les enquêteurs de la Cour des Comptes et à laquelle ils ont trouvé une seule et même réponse: «la très mauvaise gestion du Conseil de la Ville» et notamment celle de ses biens publics et privés. Alors que l'article 47 de la charte communale stipule clairement, entre autres, que le Conseil doit conserver et administrer les biens de la Commune et à ce titre, tenir les inventaires, procéder à leur mise à jour et inscrire toutes les propriétés à la conservation foncière, rien de tout cela n'a été fait à Rabat. Quand les inventaires existent, ils ne sont jamais mis à jour et les informations qui y figurent sont incomplètes et souvent imprécises. Pire encore, le rapport d'enquête relève que certains biens de la commune ne sont pas enregistrés à la conservation foncière, ce qui non seulement constitue une entorse grave à la loi, mais met de surcroît en péril la préservation des biens en questions. Mais, lorsque l'on gère le patrimoine immobilier de la Commune de cette façon, toutes les spéculations, les surenchères et les manœuvres illégales deviennent possibles.
C'est ainsi que l'on trouve des élus locaux, avec l'aval de Omar Bahraoui, occuper illégalement des terrains et des locaux commerciaux dans l'arrondissement de Yacoub Al Mansour. Mais aussi dans d'autres arrondissements où des logements et des locaux de commerce sont loués à des prix dérisoires, allant de 20 à 500 dirhams. La gabegie financière s'étend encore plus loin avec, entre autres, le paiement de loyers pour les logements personnels de certains fonctionnaires de la Commune, et parmi eux, le secrétaire général du Conseil de la Ville, Abdelfttah Skir, à raison de 8.000 dirhams par mois. Encore plus scandaleux sont ces loyers de 18.700 et 13.000 dirhams, déboursés mensuellement par la Commune, pour les logements personnels de deux fonctionnaires, Hamid Chebbar et Thami El Akel, qui n'ont, eux, aucun lien avec les services du Conseil de la Ville. Le premier bénéficie de ce privilège depuis le 1er février 1992, soit 3,5 millions de dirhams environ de loyers payés à ce jour par l'argent public. Il est vrai qu'à cette époque, Omar Bahraoui n'était pas encore aux commandes de la mairie de Rabat, mais à son arrivée en 2003, il n'a pas remis en cause ces contrats illégaux, préférant les reconduire.
Tout comme il a fermé les yeux sur la manière dont ont été cédés plusieurs projets immobiliers (Résidences Ihssane I et Ihssane II dans l'arrondissement Yacoub El Mansour), destinés à l'origine à recaser les sinistrés des incendies qui ont frappé cette localité de Rabat en 1962 et 1975. Plusieurs appartements sis dans ces deux projets ont été attribués à des élus, des fonctionnaires de la Commune ou du ministère de l'Intérieur. Le rapport d'enquête cite ainsi deux cas d'élus dont les proches ont profité de deux appartements dans l'immeuble Ihssane II. Il s'agit de Kaddouri Jalal, élu sous l'étiquette du MDS (Mouvement Démocratique et Social) et Khalid Arsalane, élu sous les couleurs du FFD (Front des Forces Démocratiques). Ces deux élus sont réputés proches de Omar Bahraoui.
Acculé, ce dernier a eu droit à deux mois pour répondre aux nombreuses critiques formulées dans le rapport d'enquête de la Cour des Comptes. Il semblerait qu'il a déjà adressé ses réponses à cette instance juridique et financière qui s'offre, à son tour, une période de six mois pour établir ses conclusions définitives, rassemblées plus tard dans un rapport final destiné au ministère de l'Intérieur. Ce délai de six mois a également expiré depuis fin 2006, selon des sources proches du dossier.

L'affaire Bahraoui et consorts ressortira-t-elle des tiroirs en cette période préélectorale?
Repost 0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 15:18
rose4.jpgLa campagne électorale touche à sa fin, et il me réjouit de vous transmettre ma profonde reconnaissance pour votre accueil et vos questions.
Je voudrais également m’excuser pour le dérangement causé. Mais nous souhaitions toucher chacun d’entre vous ; que cela soit par courrier, réunions, distribution de tracts et autre littérature, ou à travers ce blog.
Tandis qu’à l’USFP, nous déployions nos efforts, d’autres candidats ont usé de leurs moyens douteux habituels (notamment par la corruption des électeurs), ne réalisant pas que notre pays est entré dans une nouvelle ère.
 
Les progrès et réformes  réalisés durant cette décennie ne sont pas le fruit du hasard, ou d’une quelconque volonté métaphysique.
En effet, malgré les quelques imperfections et insuffisances, comparé à une situation où nous étions proche de l’arrêt cardiaque, ce qui a été réalisé ces 10 dernières années, est un progrès important, auquel vous avez tous participé, grâce à vos efforts et à votre travail, comme acteurs économiques et de la société civile.
Des progrès précieux ont été réalisés par nous tous, sur le chemin des réformes politiques et institutionnelles, du renouveau économique et social, du renforcement de la culture et des principes des droits de l’homme, des libertés publiques et de l’Etat de droit, de l’amélioration des conditions des femmes, des enfants et des familles, et d’autres chantiers importants.
Ceci nous amènera tous à voter massivement le 7 septembre.
Il n’y a plus de place à la contemplation, l’hésitation ou le cynisme. Une large participation est le rempart que vous allez dresser contre la corruption électorale. Luttons avec force contre les commerçants des élections.
Le devoir nous impose de faire le bon choix, et de voter de manière positive et utile.
 
Votez pour le Maroc que vous avez choisi :
Un Maroc plein d’espoir, érigeant comme valeurs, la tolérance, la concorde et la solidarité ;
Un Maroc qui utilise ses deux pieds pour marcher : les hommes et les femmes;
Un Maroc où les jeunes sont confiants dans leur vie et leur avenir ;
Un Maroc construit de volontés et d’initiatives, qui laisse la place à toutes les énergies et qui encourage l’esprit de création et de renouveau;
Un Maroc moderne, contemporain;
Le Maroc de l’amour, du désir de vivre et des roses de l’espoir et de l’ouverture.
J’ai confiance en votre choix, et je vous adresse mes meilleures et plus respectueuses salutations.
 
Driss LACHGAR
 
CHOISISSEZ VOTRE MAROC !
 
Repost 0
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 11:56
تتميز الحملة الانتخابية، بغياب مراقبة استعمال الأموال الطائلة والإمكانيات الضخمة، من طرف بعض المرشحين الذين ينظمون حملات تتجاوز تلك التي ينظمها مرشحو الرئاسة ببعض الدول، حيث ينزلون بملايين الملصقات ومئات السيارات، وعشرات المئات من المأجورين الذين يجوبون الشوارع والقرى، دون أن تتم مساءلتهم عن مصدر هذه الإمكانيات الهائلة• ورغم أن هؤلاء المرشحين هم، في العديد من الأحيان، مجرد موظفين بسطاء أو تجار أو فلاحين متوسطين، إلا أن الإمكانيات الضخمة التي أظهروها أثناء الحملة الانتخابية، تدفع إلى الشك في مصادر التمويل، خاصة في بعض المناطق المعروفة بتجارة المخدرات• وفي هذا الصدد، تم تسجيل في تقارير عدد من الأحزاب السياسية ومن المراقبين، وجود حالات جد خطيرة، تفترض التحقيق بشأنها، كما هو معمول به في العديد من الدول الديمقراطية، التي تقنن بشكل واضح مصادر التمويل الخاص بالحملات الانتخابية، والمساعدات التي لا يمكن تجاوز سقف لها، بالإضافة إلى الشفافية في كل المصادر والمداخيل التي استعملت أثناء هذه الحملات• ويتساءل سكان عدد من المناطق في المغرب، عن مصدر الإمكانيات الضخمة التي نزل بها بعض المرشحين، مثلما هو الأمر في تطوان، حيث استعمل أحد المرشحين المستقلين ، الأموال الطائلة ومئات السيارات وعددا لا يحصى من المأجورين، وأغرق الدائرة بالملصقات، سواء في الأمكنة المخصصة لذلك، أو في غيرها، علما بأنه لا يتوفر على دعم أي حزب• وما يضاعف من الشكوك في مصدر هذه التمويلات، التواطؤ السافر، الذي أظهرته السلطات في هذه المنطقة، مع هذا المرشح الذي لم يكتف بإغراق السوق الانتخابية بالإمكانيات الكبيرة، بل أيضا، باستعمال العنف الواضح تجاه كل أنصار المرشحين الآخرين، دون أن يتحرك القضاء• ومن المعلوم أن مناطق شمال المغرب، كانت شهدت دخول مافيا المخدرات في الانتخابات البلدية والتشريعية، منذ منتصف الثمانينات، مما حدا بالسلطات، تحت ضغط القوى الديمقراطية، إلى منع بعض رموزها• غير أن هذا المجهود لم يصل إلى حده، حيث استمرت تدخلات المافيات في الانتخابات، بطريقة مباشرة أو غير مباشرة، وبالخصوص في المناطق الحدودية الواقعة على ضفاف البحر الابيض المتوسط• ويؤكد عدد من الحالات المسجلة في مختلف مناطق المغرب، ضرورة فتح تحقيق حول مصادر تمويل الحملات الانتخابية، وتوجيه البحث والتقصي، نحو الإمكانيات الهائلة التي استعملت، وظروف الحصول عليها، والمجموعات الواقفة وراءها، كما هو الشأن في التقاليد الديمقراطية• وتبنت بلادنا قانونا للأحزاب، يفرض الشفافية في التمويل، ولذلك من اللازم أن يتم تفعيل هذا القانون، وغيره من القوانين الأخرى، التي تعتبر ضرورية في توفير شروط تكافؤ الفرص لكل المرشحين، وحتى لا تتحول الانتخابات إلى سوق تجارية وإلى بورصة للسمسرة ومرتع لمختلف أنواع المافيات• وبالإضافة إلى التحقيق الرسمي الذي ينبغي فتحه في هذا الشأن، فإنه من الواجب ايضا على المنظمات غير الحكومية التي تراقب الانتخابات المغربية، أن توجه اهتمامها إلى هذه الظاهرة، التي من شأنها أن تشكل ضربا لشفافية ونزاهة الانتخابات•

2007/3/9

Repost 0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 23:08
192200735309PM1.jpgظل حزب القوات الشعبية وعلى امتداد تارخه النضالي ، يمنح للشباب ولقضاياه، جزءا كبيرا من اهتماماته وانشغالاته، وظل الاتحاد وسيظل من أقوى المدافعين عن هذه الفئة الواسعة من الشعب المغربي، انطلاقا من ايمانه القوي بأن صنع المستقبل يبدأ أولا وأخيرا، من الاهتمام بمشاكل وانشغالات شبابنا ، الذي يعتبر الضامن الاساسي لبناء المغرب الجديد الذي نحلم جميعا ببنائه ، مغرب الامل ، مغرب الحريات، مغرب الحداثة والرقي والتقدم• ويعتبر الاتحاد وفي سياق الاستحقاق الانتخابي الذي تعيشه بلادنا ، أن جماهير الشباب (إناثا وذكورا) تستحق اهتماما خاصا ، ومن هذا المنطلق، أولى البرنامج الانتخابي للاتحاد أهمية كبرى لحاجيات الشباب، واقترح لذلك عشرات الاجراءات، تأتي في طليعتها : محاربة البطالة بتوفير مليوني منصب شغل خلال الخمس سنوات المقبلة بمعدل •400.000 منصب كل سنة، وإن كنا مقتنعين أن طموحات الشباب وتطلعاته أكبر من أن تختزل في مطلب الحق في الشغل على الرغم من أهمية هذا الحق المشروع• البرنامج الذي قدمه الاتحاد، يهدف أيضا إلى تلبية حاجيات الشباب في مجالات حيوية أخرى ،لأننا مقتنعون بالنبوغ المغربي وبالقدرات والمؤهلات الكبرى المتوفرة في بلادنا•
Repost 0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 15:54
blog-driss.JPG
"Le Maroc mue" : l’expression est empruntée à un ancien ministre de l’intérieur, pas le défunt ; nous en avons eu toute une galerie ; il s’agit ici de celui qui l’avait juste précédé dans le début des années 70. Au lendemain du scrutin parlementaire de 1977, des observateurs internationaux lui avaient posé une question relative au score limité réalisé par l’USFP au niveau de la capitale : ils ne comprenaient pas comment un parti qui avait raflé la mise en obtenant la majorité écrasante, à Rabat, lors des élections locales de novembre 1976, se retrouve en juin 1977, c’est-à-dire moins de 8 mois plus tard, réduit à une très faible représentativité.
La réponse du ministre de l’époque, ne craignant pas le ridicule puisque celui-ci ne tue pas, on le sait déjà depuis Oufkir fondateur de cette école qui va engendrer beaucoup de disciples, fut alors de recourir à une pirouette sémantique : "Le Maroc mue" ; drôle de mutation qui allait à l’encontre des règles de la sociologie politique voire de la sociologie tout court. Au ministère de l’Intérieur, on avait très tôt le sens des logiciels performants qui savent corriger les "erreurs" de la sociologie… Le parcours électoral de l’USFP est ainsi riche en épisodes où la farce le dispute au tragique.
Mais l’histoire, s’il lui arrive de piétiner, finit toujours par avancer notamment sous l’effet des efforts conjugués des deux principales forces qui président à la destinée de ce pays : la Monarchie et les forces démocratiques. La véritable mutation a fini par avoir lieu avec la jonction historique entre ces forces; ce qui a permis à notre pays d’assurer une transition de règne dans une atmosphère paisible.
Depuis 1999, il faut être aveuglé de mauvaises intentions pour refuser au moins une chose : le Maroc n’est plus le même. Certes, nous ne nous présentons pas devant les électeurs pour leur renvoyer une image idéologique de la réalité. Nous ne sommes pas des marchands d’illusions. Nous sommes les héritiers d’une école qui préconise que "la seule vraie politique est la politique du vrai". Le code génétique de l’USFP est marqué d’empreintes indélébiles nées de rudes combats pour la démocratie. C’est ce qui nous permet d’apprécier à sa juste valeur le progrès accompli : nous revenons de loin et nous sommes conscients qu’un long chemin nous attend. Un cheminement plutôt, guère aisé sur la voie de la transformation de la société y compris au niveau des comportements de chaque jour. Pour ce faire, chaque acquis est apprécié, inscrit dans une logique de développement global. Notre chance historique pour laquelle nous nous mobilisons est l’affirmation par S. M. Le Roi Mohammed VI d’un projet qui a  notre adhésion : un projet de société moderne et démocratique. C’est le pacte qui constitue le socle théorique de la nouvelle révolution du Roi et du Peuple. Les élections du 7 septembre ne peuvent être perçues en dehors de cette donne stratégique. La carte politique qui découlera du scrutin déterminera le rythme de progression sur cette voie. Une majorité de progrès autour de l’USFP est non seulement souhaitable mais elle est surtout possible ; elle est à la portée de notre mobilisation. Toute hésitation des couches sociales et des forces qui s’inscrivent dans une perspective de la poursuite de l’édification d’une société ouverte et tolérante est porteuse de risques incalculables. Méfiez-vous des chants de sirènes ; méfiez-vous des oiseaux de proie qui prêchent le nihilisme et le scepticisme. Nous, nous avons confiance : confiance dans votre intelligence, confiance dans l’avenir.
http://liberation.press.ma
Repost 0
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 08:40
نريد مغرباً تسطع فيه شموس الأمل في النفوس وتورق فيه الأفراح• ويريدون مغربا يمشي إلى الوراء ويتلمس طريقه في الظلمة مستنداً على عكازة منخورة• نريد مغرباً يُعلي من قيم التسامح والتصالح والتضامن ويريدون مغرباً لا محل له من الإعراب إلاّ في الكتب الصفراء• نريد مغرباً واسع الضحكة حتى انسباط شفتيه أطلسياً ومتوسطياً ويريدون مغرباً يؤسس رأسماله على تجارة الاكفان ويبيع عرقه في حفر القبور نريد مغرب "ألم نشرح" ويريدون مغرب "عبس••" نريد مغرباً مستقبله أبداً في المستقبل ويريدون مغرباً أبداً مستقبله في الماضي• نريد مغرباً يخطو بقدميه معاً معاً رجلاً وامرأة• ويريدون مغرباً ذكورياً أعرج، لا تصلح فيه المرأة إلاً للتغليف والتعليب في مطبخ البيت• نريد مغرباً يقبل فيه الشباب على الحياة وعلى المستقبل• ويريدون مغرباً يذبل فيه الشباب ويشيخ ويهرم قبل أن يتعلم أبجدية الحياة• نريد مغرباً تصنعه الارادات والمبادرات، مغرباً يُطلق الطاقات ويستنهض روح الخلق والإبداع• ويريدون مغرب الأتباع، ومغرب "ليس بالإمكان إبداع أفضل مما كان"• نريد مغرب التحبيب والترغيب ويريدون مغرب التشكيك والترهيب• نريد مغرب ورود الأمل ويريدون مغرب أشواك اليأس نريد مغرب ورود الانفتاح ويريدون مغرب انغلاق القواقع نريد مغرباً يكون رأس افريقيا المرفوع، ويريدون مغرباً يمسك بالاذيال ولا يتوسل إلا برأس "الرجاء الصالح"• نريد مغرباً عصرياً حداثياً ديمقراطياً يُعلي من شأن الكرامة، ويحتفي بالانسان وبحق الانسان، ويعزز انتماءه إلى الوطن وتقديره لمواطنته• ويريدون مغرباً يتناطح بقرونه الوسطى مع تحديات القرن الواحد والعشرين•
ع• بن داوود

2007/9/1

www.alittihad.press.ma

Repost 0
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 23:28
Nous candidates et candidats de l’USFP, nous nous engageons devant les citoyens à:
1- Ne pas utiliser l’argent ou l’accepter en vue d’avoir un poste ou siège au sein du Parlement ou ailleurs, ou aider à cela.
2- Déclarer nos biens avant le commencement et à la fin de notre mandat parlementaire.
3- Remplir notre mission constitutionnelle, législative et de contrôle quelle que soit la position de notre parti au sein de la majorité ou dans l’opposition.
4- N’obéir à aucun groupe de pression catégoriel ou privé visant à influencer l’accomplissement de notre mission en toute objectivité et honnêteté.
5- Agir afin de contribuer à l’accomplissement du rôle du Parlement avec efficience dans la moralisation de la vie publique, combattre la corruption, l’abus de pouvoir et la dilapidation des fonds publics.
6- Veiller à privilégier les critères objectifs fondés sur la qualification, le mérite dans toute opération d’affectation de marchés, contrats, recrutements gérés par les entreprises publiques ou semi-publiques.
7- Agir en toute transparence et expliquer nos prises de positions et nos décisions et ne pas dissimuler les informations sauf en ce qui touche aux intérêts suprêmes de notre pays.
8- S’opposer à tout comportement qui privilégie l'intérêt particulier au détriment de l’intérêt général.
9- Donner la primauté à notre travail parlementaire par l’assiduité de la présence et la participation efficace.
10- Rendre compte aux électeurs et aux citoyens du déroulement de notre mission et au besoin se soumettre à toute investigation quant à l’accomplissement de notre mandat au sein du parlement.

Choisissez votre Maroc

http://liberation.press.ma
Repost 0
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 18:41

Samedi 1er septembre, à 10H du matin, Driss LACHGAR est en direct  sur:  http://www.islamonline.net , dans حوارات مباشرة

 

 

البياز محمود ـ المغرب    - 

الاسم


السلام عليكم ورحمة الله وبركاته..
هل لك أن تعطينا أهم المحاور الجديدة في برنامج حزبكم للاستحقاق الانتخابي المقبل؟ وهل تغير عن كل الوعود التي اعتدتم تقديمها للناخب في السابق؟

السؤال


اولا لم يسبق لنا ان تقدمنا بوعود الا وكانت لها
Nفاق للتحقيق، بارتباط بالواقع الحقيقي باكراهاته وبامكانياته.
أما فيما يتعلق بما نقترحه من محاور جديدة في برنامجنا فلا شك أن ما تم من اصلاحات في بلادنا خلال العشرية الاخيرة ومن اوراش (أعمال ) كبرى جعل النظرة الى الاصلاحات تتغير. فما كان محتاجا اليه الشعب المغربي بالامس ليس هو ما يحتاجه اليوم او غدا، ويكفي للتدليل على ذلك فان التجهيزات والبنيات الاساسية التي احدثت في المغرب، ترفع على الاقل هذا المطلب من اولويات الاصلاح.
وتطرح بالتالي التوجه نحو اجيال جديدة من الاصلاحات في الميدان الاقتصادي. ونفس الشيء بالنسبة للتربية والتكوين ونفس الشيء بالنسبة للحكامة فمغرب اليوم يقتضي تطوير الحكامة بما يضمن اشراك كل المواطنين.

الإجابة

 

عبد الرحمن ـ المغرب    - 

الاسم

السلام عليكم ورحمة الله
مازلتم تتمسكون بالاشتراكيه بعد اندثارها في بلاد المنشأ الذي ولدت فيه كما في روسيا.. ألا تري ذلك سباحة ضد حركة التاريخ؟

السؤال


على العكس، لازالت الاشتراكية الديمقراطية هي أرقي ما وصل اليه الفكر الانساني لتجسيد قيم التضامن، ولازالت الاشتراكية بقيمها النبيلة تقدم نموذجا للعدالة الاجتماعية ولك في انظمة الحكم القائمة على الاشتراكية الديمقراطية المثال الجيد لكيفية تدبير هذه المجتمعات لتنقاضاتها الاجتماعية بما يضمن اسهام المجتمع واغنيائه خاصة في اسعاد فقرائه.

الإجابة

 

علي    - 

الاسم


السلام عليكم..
أنتم تدعون الاشتراكية التي تعني النضال لأجل العمال والمظلومين وفي ذات الوقت نراكم تتحدون مع السلطة والملك علي حساب هؤلاء البسطاء .. هل تري في ذلك تناقض في تصرفاتكم؟

السؤال


سلطة اليوم ليست سلطة الامس ، سلطة اليوم تمثيل للشعب وبالتالي فلا تناقض نهائيا في تصرفاتنا لاننا منذ ان اخترنا استراتيجية النضال الديمقراطي قررنا الا نمارس السلطة الا من خلال صناديق الاقتراع. لان ديكتاتورية البروليتاريا اكل عليها الدهر وشرب كما قلنا في تقريرنا الايديولوجي منذ المؤتمر الاستثنائي سنة 1975.
واشتراكيتنا التي نؤمن بها اليوم هي اشتراكية ديمقراطية تؤمن ان مصالح العمال هي جزء من مصالح كل الطبقات الشعبية التي يجب ان تعبر عن نفسها من خلال صناديق الاقتراع ولاشيء غير صناديق الاقتراع.

الإجابة

 

رحيم المغربي    - 

الاسم

صحفي

الوظيفة


ألا تري أن الانتخابات التي تجري ببلادنا ما هي إلا عملية ديكورية لا أكثر في ظل تحكم الملك في كل المفاعيل والقرارات السياسية وفي ظل غياب قدرة حقيقة للبرلمان المغربي علي الفعل.. ألا تري أنها مسرحية هزلية بالفعل؟

السؤال


عليك فقط ان تنظر الى محيطك، القي نظرة على كل دول جنوب البحر الابيض المتوسط شرقا الى غاية الخليج، حاول ان تقارن بين ما يجري في بلدك وبين ما يجري في كل البلاد العربية والاسلامية.
وتاكد انك ستتوصل الى نفس ما توصل اليه كل الملاحظين حتى الغربيين منهم، المؤمنين بالديمقراطية الكلاسيكية كل الجمعيات الحقوقية في الغرب وكل التقارير الدولية تؤكد ان ما يجري في المغرب يعتبر نقطة الضوء الوحيدة في جنوب البحر الابيض المتوسط.
لذلك اتمنى ان تتجاوز هذا المنظور التشاؤمي الذي اخشى ان يسقطك في العدمية.

الإجابة

 

ليلي    - 

الاسم


السلام عليكم..
الأستاذ لشكري أتمني أن تعرض لنا موقفكم من حزب العدالة والتنمية كأحد القوي الكبري علي الساحة المغربية الآن؟ وكذلك موقفكم من بقية الأحزاب الإسلامية الأخري بالمغرب؟

السؤال


اولا بالنسبة لي كل الاحزاب المغربية حسب علمي اسلامية وكلها تنهل من نفس المعين، اما اذا كنت تتحدثين حول الظاهرة الجديدة التي تصر فيها بعض الاحزاب على انها الممثلة الوحيدة للمرجعية الاسلامية فلا شك انني ساقول لك بالنسبة لحزب العدالة والتنمية انه حزب معارض عارضنا جميعا في قبة البرلمان خلال الولاية التشريعية الاخيرة ولاشك ان صناديق الاقتراع هي من سيحدد موقف المجتمع من تجربة كل منا.
اما حزب البديل الحضاري فالى جانب اسهامي من اجل حصوله على الشرعية اذ كنا كفريق اشتراكي الفريق النيابي الوحيد الذي طرح مسالة تمتيع البديل الحضاري بالشرعية القانونية بعد عقد مؤتمره ووضعنا سؤالا شفويا انيا على السيد وزير الداخلية وقتها وبالفعل لم يمضي على سؤالنا الا ساعات قليلة حتى اعلم حزب البديل الحضاري بقرار الداخلية.
واعتز بصداقات متعددة في الحزبين، اما الحزب المنشق عن حزب العدالة والتنمية النهضة والفضيلة فاعتقد ان اول محك لقرار الاستاذ الخليدي هو استحقاقات 7 سبتمبر 2007 للتاكد مما اذا كان من قبيل الانشقاقات غير المؤثرة او العكس.

الإجابة

Les autres questions/ réponses sont sur le site de islamonline.net

 
أ. إدريس لشكر: عضو المكتب السياسي لحزب الاتحاد الاشتراكي للقوات الشعبية 
اسم الضيف
الاتحاد الاشتراكي وانتخابات المغرب موضوع الحوار
2007/9/1   السبت ليوم والتاريخ
مكة     من... 13:00...إلى... 15:00
غرينتش     من... 10:00...إلى...12:00
الوقت
 
Repost 0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 21:19
Ecoutez la musique de campagne sur:
http://fr.youtube.com/watch?v=Z_h7fwnILYU


rose4.jpg
Repost 0
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 12:23
Hier soir à 17H, près d’une centaine de militants ittttihadis de Rabat-Challa ont organisé une marche de deux heures à Dwar Lhaja. Malgré quelques provocations des sbirs de Bahraoui, la marche s’est déroulée sans incidents, et a donné une très bonne impression aux habitants du quartier, du comportement et du militantisme de la jeunesse socialiste.
Les habitants du quartier surpris par le nombre des militants ont réagi positivement à cette marche. Ils ont également exprimé leur admiration (et leur étonnement) quand ils ont su que les militants ne perçoivent aucune rémunération.
3305.jpg
Repost 0

Présentation

  • : Driss Lachguar إدريس لشكر
  • Driss Lachguar إدريس لشكر
  • : Blog de Driss Lachguar
  • Contact

Recherche

Pages

Liens