Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 15:54
blog-driss.JPG
"Le Maroc mue" : l’expression est empruntée à un ancien ministre de l’intérieur, pas le défunt ; nous en avons eu toute une galerie ; il s’agit ici de celui qui l’avait juste précédé dans le début des années 70. Au lendemain du scrutin parlementaire de 1977, des observateurs internationaux lui avaient posé une question relative au score limité réalisé par l’USFP au niveau de la capitale : ils ne comprenaient pas comment un parti qui avait raflé la mise en obtenant la majorité écrasante, à Rabat, lors des élections locales de novembre 1976, se retrouve en juin 1977, c’est-à-dire moins de 8 mois plus tard, réduit à une très faible représentativité.
La réponse du ministre de l’époque, ne craignant pas le ridicule puisque celui-ci ne tue pas, on le sait déjà depuis Oufkir fondateur de cette école qui va engendrer beaucoup de disciples, fut alors de recourir à une pirouette sémantique : "Le Maroc mue" ; drôle de mutation qui allait à l’encontre des règles de la sociologie politique voire de la sociologie tout court. Au ministère de l’Intérieur, on avait très tôt le sens des logiciels performants qui savent corriger les "erreurs" de la sociologie… Le parcours électoral de l’USFP est ainsi riche en épisodes où la farce le dispute au tragique.
Mais l’histoire, s’il lui arrive de piétiner, finit toujours par avancer notamment sous l’effet des efforts conjugués des deux principales forces qui président à la destinée de ce pays : la Monarchie et les forces démocratiques. La véritable mutation a fini par avoir lieu avec la jonction historique entre ces forces; ce qui a permis à notre pays d’assurer une transition de règne dans une atmosphère paisible.
Depuis 1999, il faut être aveuglé de mauvaises intentions pour refuser au moins une chose : le Maroc n’est plus le même. Certes, nous ne nous présentons pas devant les électeurs pour leur renvoyer une image idéologique de la réalité. Nous ne sommes pas des marchands d’illusions. Nous sommes les héritiers d’une école qui préconise que "la seule vraie politique est la politique du vrai". Le code génétique de l’USFP est marqué d’empreintes indélébiles nées de rudes combats pour la démocratie. C’est ce qui nous permet d’apprécier à sa juste valeur le progrès accompli : nous revenons de loin et nous sommes conscients qu’un long chemin nous attend. Un cheminement plutôt, guère aisé sur la voie de la transformation de la société y compris au niveau des comportements de chaque jour. Pour ce faire, chaque acquis est apprécié, inscrit dans une logique de développement global. Notre chance historique pour laquelle nous nous mobilisons est l’affirmation par S. M. Le Roi Mohammed VI d’un projet qui a  notre adhésion : un projet de société moderne et démocratique. C’est le pacte qui constitue le socle théorique de la nouvelle révolution du Roi et du Peuple. Les élections du 7 septembre ne peuvent être perçues en dehors de cette donne stratégique. La carte politique qui découlera du scrutin déterminera le rythme de progression sur cette voie. Une majorité de progrès autour de l’USFP est non seulement souhaitable mais elle est surtout possible ; elle est à la portée de notre mobilisation. Toute hésitation des couches sociales et des forces qui s’inscrivent dans une perspective de la poursuite de l’édification d’une société ouverte et tolérante est porteuse de risques incalculables. Méfiez-vous des chants de sirènes ; méfiez-vous des oiseaux de proie qui prêchent le nihilisme et le scepticisme. Nous, nous avons confiance : confiance dans votre intelligence, confiance dans l’avenir.
http://liberation.press.ma

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Driss Lachguar إدريس لشكر
  • Driss Lachguar إدريس لشكر
  • : Blog de Driss Lachguar
  • Contact

Recherche

Actualités

Pages

Liens