Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« le pousse-au-crime 

 

Nous y sommes arrivés. Au débat sur les libertés individuelles, décloué par l’affaire des homosexuels de Ksar El-Kébir, Rachid Nini, directeur du quotidien « Al Massae », répond par un torrent d’insultes. Je n’ai pas de temps à consacrer au personnage, ni à ce qui suinte de son stylo à bile. Il ne m’entraînera pas dans sa spirale de voyou car, au petit jeu des attaques infamantes, je préfère, avec d’autres, les joutes d’idées entre civilisés. Il serait trop facile de lui jeter à la face toute la vilenie de son milieu interlope. Sa rhétorique est connue de tous. Dépiautez son lexique, scannez ses formules populistes, xénophobes, vous n’y trouverez qu’un seul message, qu’une seule injonction : le rejet de l’Autre. Il y aurait tout lieu de sourire de son millénarisme formaté pour séduire la plèbe si seulement cette vulgate n’était pas fasciste. Car ce boute fou qui amuse tant la galerie n’est qu’une oie de tout ce qui est rétrograde. Il s’appuie sur le conservatisme ambiant de l’opinion publique pour lui inculquer l’intolérance et la détourner de l’essentiel, dénonçant ainsi l’indigence de son argumentaire. L’emphase des mots, le choc de la formule sont les ingrédients de base de son succès. Le reste n’est que pilonnage de haine. Tout y passe, des cinéastes profanateurs de la bonne vertu aux déviants de la société qu’il faut pendre haut et court. Tout ce qui ne colle pas à son idéologie réactionnaire est ostracisé, vilipendé. Il distille, en contrebande, dans un journal qui se tient des idées obscurantistes, comme autant de pousse-au-crime.

(…)

La ligne de démarcation est nette. Il faut adhérer et se complaire à la bassesse, à l’injure, à l’indignité, à la vulgarité, à la crapulerie ou les combattre avec force et courage. Comment ne pas être atterré par cette furia de sectarisme qui esquive les vrais débats lorsqu’on voit l’état de notre société ? Avez-vous remarqué que le populisme de Nini évite d’aborder tout ce qui touche à la gouvernance du régime ? En gros, le roi est sauf, s’il est permis de faire l’apologie du crime. Quelle bravoure ! Nini est le reflet grossissant de cette société en perte de valeurs, gangrenée par tant d’inepties. Pire, il la confronte et alimente son éloignement de la modernité car il est aussi faiseur d’opinion. Il est l’allié objectif de l’inquisition, de la pensée unique, de la dictature, alors que le pays a moins besoin d’incendiaires illuminés, avides de balafrer ses vaillances, que de gens sensés, soucieux de réconcilier les Hommes sur ce qu’ils ont de plus précieux : leur liberté. »

Tag(s) : #Archives

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :