Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat a décidé de poursuivre en état de liberté provisoire, le maire de la capitale Omar Al Bahraoui et trois autres mis en cause.
Vendredi dernier, le procureur général du Roi près la Cour d'appel avait entendu les quatre mis en cause et les a traduits par la suite devant le tribunal de première instance, compétente en la matière.
La première séance se tiendra jeudi prochain et les mis en cause sont poursuivis pour non respect des dispositions relatives aux lois électorales, l'utilisation des moyens de l'Etat et le lancement d’une campagne électorale prématurée.

Dans la soirée de jeudi dernier, le domicile du maire de la capitale a fait l’objet d’une descente de police.

83 de ses invités ont été conduits manu militari au commissariat de police, tandis que d’autres ont réussi à prendre la fuite. On reproche à Omar Al Bahraoui, maire MP (El haraka Chaâbiya) de Rabat, de mener une campagne électorale avant terme. Mais le plus grave dans cette affaire est l’utilisation des moyens de la Ville. En effet, deux autocars de la Commune urbaine ont été utilisés pour le transport des «invités» à la résidence du maire.

A cela s’ajoute la mobilisation d’un certain nombre de responsables et du personnel de la Commune pour l’organisation de cette cérémonie. Pendant une bonne partie de la nuit, les agents de la police à Hay Annahda ont été obligés de mettre les bouchées doubles pour procéder à l’interrogatoire des personnes appréhendées et dresser par la suite les procès-verbaux. Vendredi matin, c’était au tour de Bahraoui.

http://www.albayane.ma/Detail.asp?article_id=65924

http://www.lopinion.ma/spip.php?article16344

http://www.leconomiste.com/ 

L'USFP et tous les partis démocratiques ne peuvent que se féliciter de la détermination des pouvoirs publics à faire respecter les consignes du discours de SM le Roi Mohammed VI. Il faut mettre fin à ces pratiques indignes d'un pays démocratique.
Nous espérons que la justice suivra son cours et que les pouvoirs publics vont traquer les pratiques (corruption d'électeurs, usage des biens publics, intimidation, campagnes électorales prématurées) qui visent à saboter ce scrutin majeur. Nous souhaitons également, que les leaders de tous les partis politiques rappellent à l'ordre les futurs candidats impatients, et prennent leurs responsabilités vis-à-vis de tous les dépassements.

 

 

Tag(s) : #Actualités