Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 20:01

http://www.libe.ma/%E2%80%8BDriss-Lachguar-sur-Al-Oula_a62935.html

"Nous avons un gouvernement bizarroïde». C’est par cette afirmation que le Premier secrétaire de l'Union socialiste des forces populaires, Driss Lachguar, a entamé, mardi dernier, son intervention sur Al Oula dans le cadre de l’émission "Daif Al Oula" animée par Mohammed Tijjini.
A titre d’illustration, Lachguar a donné comme exemple les dissensions au sein du gouvernement à propos du Festival Mawazine. «Un ministre sur son portail livre son point de vue et le ministre de Communication a exprimé une opinion diamétralement opposée», a-t-il indiqué lors de cette émission animée également par Sabah Bendaoud, journaliste de la Radio nationale et Ihassan El Hafidi, journaliste du quotidien Assabah.
Le comble de l’absurdité, c’est que le chef du gouvernement a choisi une chaîne étrangère, à savoir Aljazeera, pour affirmer que c’est le Roi qui gouverne réellement le pays. «Il a donné l’impression d’être un simple fonctionnaire de S.M le Roi», a martelé Driss Lachguar.
A propos de l’interdiction du dernier film de Nabil Ayouch et abstraction faite du contenu de «Much love» qui a provoqué l’ire des islamistes, Driss Lachguar a défendu la liberté d’expression et critiqué la décision prise par le ministre de Communication d’interdire ce film au prétexte qu’il porterait atteinte à l’image du pays. «Le Maroc n’est pas si fragile pour qu’un film l’affecte», a-t-il tranché.
Le dirigeant ittihadi a, par ailleurs, tenu à apporter une précision de taille: «Il ne faut pas oublier que Mawazine est l’enfant légitime de la décision prise par des élus de l’USFP d’organiser le Festival de Rabat. Le parti qui a appelé à ce que Rabat organise un festival prônant la diversité, c’est l’USFP». Et d’affirmer : «Il faut respecter la volonté des Marocains, de ceux qui ont afflué par milliers pour voir leurs stars préférées. Comparez la poignée de personnes qui ont protesté contre le festival devant le Parlement aux milliers de jeunes qui ont assisté aux spectacles de ce festival pour vous en rendre compte».
Il a ajouté qu’aujourd’hui, la capitale du Royaume, Rabat, présente au monde entier, un modèle qui confirme que notre pays constitue une exception. «L’exception, explique-t-il, c’est qu’une ville comme Rabat peut organiser simultanément cinq scènes de spectacles jusqu’à une heure tardive sans enregistrer de cas de violence. Le Festival Mawazine offre une panoplie de spectacles de musiques arabe, marocaine et mondiale, et chacun a le choix de voir ce qui lui plaît».
Le Premier secrétaire de l’USFP a également critiqué les mesures répressives prises par le gouvernement contre les grévistes en l’absence d’un fondement juridique les justifiant. L’Exécutif s’en vante en disant qu’il a eu le courage de prendre de telles mesures. «Il ne s’agit nullement de courage, mais plutôt il est question d’abus de pouvoir, d’injustice et de violation des libertés, alors que dans un Etat de droit, le gouvernement aurait d’abord dû procéder à l’adoption de la loi organique régissant le droit de grève», a-t- il soutenu.
Driss Lachaguar a, par ailleurs critiqué l’absence d’une vision globale chez le gouvernement. «Sincèrement parlant, nous avons participé au changement en appelant à une élection anticipée; nous avons participé au changement en acceptant le verdict des urnes et nous sommes retournés à l’opposition et avons donné à ce gouvernement l’occasion de mettre en œuvre son programme. Après quatre ans, nous constatons en toute responsabilité, qu’il gère les affaires du pays sans disposer d’une stratégie claire ou d’un programme global», a-t-il souligné.
L’animateur a alors tenté de contredire le Premier secrétaire de l’USFP en énumérant ce que le gouvernement Benkirane appelle «réalisations» dont l’augmentation du seuil des pensions et l’aide aux femmes veuves. Mesures contre les quelles Driss Lachguar s’est inscrit en faux en affirmant que «les Marocains n’ont pas besoin d’assistanat, mais d’une protection sociale. Celle-ci a été réalisée par le gouvernement de l’Alternance et ceux qui lui ont succédé, car ils disposaient tous d’un programme cohérent», a-t-il tranché.
La relation entre l’Exécutif et l’opposition a été aussi évoquée lors de cette émission. Dans ce sens, le dirigeant ittihadi a ironisé en affirmant que le Parlement marocain est l’unique institution représentative au monde où le gouvernent et sa majorité monopolisent la parole à hauteur de 80 %, alors que logiquement l’opposition devrait disposer de plus de temps pour contrôler l’action gouvernementale.
Le Premier secrétaire de l’USFP a également critiqué le Conseil constitutionnel qui a, selon lui, adopté une attitude «conservatrice» à propos de l’interprétation des dispositions de la nouvelle Constitution, tout en espérant que la mise en œuvre du nouveau Tribunal constitutionnel permettra d’avoir des juges à même d’interpréter positivement ses dispositions.

Nous avons un gouvernement bizarroïde

Partager cet article

Repost 0
Published by Driss Lachguar - إدريس لشكر
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Driss Lachguar إدريس لشكر
  • Driss Lachguar إدريس لشكر
  • : Blog de Driss Lachguar
  • Contact

Recherche

Pages

Liens